Qu’est-ce qui est vraiment important pour le développement en tant que ruminant ?

Stratégies optimales pour l’ingestion précoce de fourrage sec

En tant que ruminants, les bovins peuvent idéalement utiliser les fourrages de base comme source d’énergie et de protéines. Mais pour ce faire, il faut que le système pré-estomacal soit complètement formé et que la panse soit bien développée. Après la naissance, il faut jusqu’à six mois pour que les pré-estomacs soient totalement matures et puissent faire preuve de leur pleine efficacité.

Développement optimal du pré-estomac

Étant donné que jusqu’à ce moment-là, la digestibilité du fourrage de base est encore faible pour les jeunes animaux, il est important de leur fournir un bon apport en concentré. C’est la raison pour laquelle on pense souvent que seul le concentré facile à digérer devrait être utilisé pour les veaux. En effet, les acides butyrique et propionique, produits de la dégradation des glucides faciles à digérer, assurent un bon développement des villosités de la panse. Cela permet d’augmenter considérablement la surface de la panse et d’absorber de manière optimale les acides gras volatils qui se forment dans la panse lors de la digestion.

Source : Penn State University

Pourtant, il a été démontré à maintes reprises qu’une alimentation des veaux basée uniquement sur le concentré pendant et après le sevrage n’est pas souhaitable. Il y a deux raisons à cela :

  1. Le rumen a besoin de fourrage grossier avec des fibres brutes bien structurées pour que la motricité du pré-estomac soit stimulée positivement. La paroi du rumen est renforcée et un certain effet d’étirement favorise la croissance du volume du rumen. En outre, les éléments structurés du fourrage grossier permettent d’éviter que les villosités de la panse en cours de développement ne se collent entre elles.
  2. Une proportion élevée d’hydrates de carbone facile à digérer (provenant du concentré) assure un environnement acide permanent dans le rumen. Les quantités élevées d’acides gras à chaîne courte ne peuvent pas encore être suffisamment tamponnées dans le rumen et transférées dans le sang. Cette acidose ruminale latente et subclinique peut, comme chez les vaches, nuire à la santé des veaux et entraîner des retards de développement (manque de croissance, réticence à manger, affaiblissement des défenses immunitaires). Dans le pire des cas, le problème se déplace vers l’intestin, où l’acidose subclinique (sans symptômes) se transforme alors en acidose clinique avec diarrhée. J.K.van Niekerk et al., 2020 University of Alberta

C’est pourquoi il faut dans tous les cas proposer aux jeunes veaux, outre le concentré, du fourrage grossier sous forme de foin, de bon ensilage ou de paille appétissante.

Quand passer au concentré et au fourrage grossier ?

Le veau nouveau-né ne peut assimiler que des composants du lait. Les enzymes de la caillette sont adaptées à la digestion des protéines et du lactose du lait (lactase ou chymosine et cathepsine). Ce n’est qu’après 3 à 5 semaines que cela change et que les amylases (enzymes digestives de l'amidon) commencent à dominer, ainsi que la pepsine et la trypsine pour la digestion des protéines végétales.

En fait, ce n’est qu’après l’âge de 4 semaines que l’on observe que la consommation de concentré par les veaux augmente lentement. En cas d’alimentation intensive (par exemple à volonté), cela peut commencer encore plus tard.

Néanmoins, il est judicieux de proposer le fourrage grossier aux veaux dès les deux premières semaines de vie. Les veaux jouent avec et s’habituent déjà à l’odeur, au goût et à la texture du fourrage. L’offre précoce de fourrage concentré notamment influence positivement le système enzymatique dans son développement et favorise le développement précoce de la panse (voir ci-dessus). L’offre de foin dans des râteliers, des filets ou des balles de jeu favorise en outre l’activité des veaux.

Jouer avec la nourriture

Dans la pratique, cela se fait en ne proposant aux veaux qu’une petite quantité dans des bacs (par exemple dans des niches individuelles ou doubles). L’important est qu’il n’y ait pas de restes susceptibles de devenir humides et de moisir. Lorsque la consommation d’aliments augmente, c’est-à-dire que le bac est vide à la prochaine tétée, il suffit d’augmenter la quantité présentée.

Lorsque les veaux consomment environ 1,5 % de leur poids en concentré, on pourrait commencer à leur faire boire lentement du lait (par exemple 1 200 g pour un veau de 80 kg).

Ne pas oublier l’eau !

Il ne devrait plus être nécessaire d’insister sur l’importance de l’aliment le moins cher, mais on constate encore de grandes lacunes dans l’approvisionnement en eau des veaux. Qu’il s’agisse de l’hygiène ou tout simplement du fait qu’il n’y a pas de bac à eau devant de nombreuses niches individuelles.

Une chose est sûre : nous sommes tenus, non seulement par la loi, mais aussi par l’éthique, de fournir de l’eau fraîche à tous les animaux, y compris aux jeunes veaux.

Ce à quoi beaucoup ne pensent peut-être pas toujours non plus, c’est que la panse a besoin d’eau pour que les processus de fermentation correspondants puissent s’y dérouler et qu’une flore bactérienne saine s’y développe. Le lait n’y parvient pas, même s’il est proposé à volonté, car il s’écoule directement dans la caillette via la gouttière pharyngienne.

Par conséquent, si l’on souhaite une ingestion précoce de concentré et un développement rapide de la panse, il faut proposer de l’eau à ses veaux dès le début !

Passer à « l’alimentation du jeune bétail »

Le concentré pour veaux ou les céréales sont relativement chers. On peut donc se demander à quel moment il faut passer à l’ensilage (de préférence la ration haute performance des vaches laitières). La réponse se trouve au début de ce blog : le système pré-estomacal des génisses n’est pas complètement mature avant environ ½ an. C’est pourquoi il faut au moins leur donner du concentré de haute qualité jusqu’à ce moment-là. Il faut toutefois toujours garder à l’esprit le conditionnement des animaux. En général, on peut et on doit nourrir les génisses de manière intensive jusqu’à 6 mois afin d’obtenir des gains de poids élevés pendant cette phase de développement importante des veaux.

L’important, ce sont les transitions. Dans de nombreuses étables pour veaux, il est difficile de distribuer de l’ensilage en raison du type de construction (pas de place, pas de passage possible avec la mélangeuse, etc.). En outre, on peut se poser la question ce qu’il advient des restes de fourrage, nombreux au début de la conversion. Ce qui a été apporté à grands frais doit être retiré le lendemain.

2 aliments différents proposés

De plus, il n’est pas recommandé d’effectuer trop de changements à la fois pour les animaux. C’est pourquoi il faut également tenir compte du transfert dans l’étable du jeune bétail. La procédure suivante pourrait être une solution :

  • Dans le parc à veaux, les veaux sont encore nourris avec du concentré et du foin ou avec des RTM sèches pendant 2 à 4 semaines après le sevrage complet.
  • Après le transfert, les veaux reçoivent déjà le mélange de suite (ensilage) dans l’étable pour jeunes bovins, en plus du mélange pour veaux connu composé de concentré et de foin ou de RTM sèche. Ce n’est que lorsque les veaux absorbent bien la ration d’ensilage que le mélange pour veaux est progressivement abandonné.

Si l’on ne commence à distribuer de l’ensilage que dans l’étable des jeunes bovins, les restes de fourrage des veaux ne pèsent pas lourd, car on peut éventuellement les donner aux jeunes animaux plus âgés.

Distributeur de concentré et mangeoire de fourrage grossier
Distributeur de concentré et mangeoire de fourrage grossier