Un voyage chez les éleveurs de veaux qui réussissent en Suède

La Suède vaut toujours le détour ! Au lieu de faire des randonnées dans les forêts sans fin ou de pêcher dans les ciseaux de la côte, nous nous sommes rendus chez les meilleurs éleveurs laitiers de Suède pour voir leur élevage de veaux. Avec notre partenaire Dan Rudelov de Gårdsby Igloo, nous avons rencontré des personnes intéressantes et vu de superbes systèmes d’élevage de veaux. Dans cet article, nous présentons les quatre premières exploitations. Dans la deuxième partie, nous parlerons d’autres chefs d’exploitation passionnants et de solutions intelligentes pour l’élevage des veaux. Nous vous souhaitons une très bonne lecture !

Danneborg Gård, Svalöv : le Taxi-Lait donne de la sécurité dans le déroulement du travail

Jan-Erik Bengtson, de l’exploitation Danneborg Gård de Svalöv, est éleveur de veaux et de taureaux. Il achète les veaux de 16 exploitations laitières. Chaque année, il engraisse 1 400 veaux/taureaux dans trois catégories de poids différentes.

Auparavant, il nourrissait les veaux à l’aide de distributeurs automatiques dans un parc à veaux fermé. Là, il y avait toujours des problèmes avec la qualité de l’air et les maladies respiratoires qui en résultaient chez les veaux. Jan-Erik est donc passé aux niches individuelles Pro II et a pu constater que les veaux restaient en bien meilleure santé.

En changeant de système, il est aussi passé au Taxi-Lait pour l’alimentation. Ce qu’il apprécie dans le Taxi-Lait, c’est la fiabilité et la sécurité du système, ce qui lui manquait parfois avec ses anciens distributeurs automatiques. Pour nourrir ses 200 veaux, il lui faut environ une heure avec deux Taxis-Lait de 260 litres. Ce n’est que lorsqu’il faut effectuer l’apprentissage des veaux que cela prend 30 minutes de plus. « Quand j’ai fini d’alimenter les veaux, j’ai fini ma journée ! Je n’avais jamais ce sentiment avec mes D.A.L. auparavant », remarque Jan-Erik.

Deux veaux sont placés dans chaque niche Calf-Tel Pro II. Ils y restent environ 4 semaines et sont nourris avec 2 fois 3 litres de LeP. Ensuite, ils sont transférés par groupes dans l’ancienne étable du D.A.L., où Jan-Erik les sèvre à l’âge de 10 semaines. Ils sont ensuite transférés une nouvelle fois dans une étable de pré-engraissement avant de passer à l’étable de finition.

Pour avoir encore plus d’espace, Jan-Erik a encore acheté 10 niches MultiMax. L’apprentissage des veaux prend ici un peu plus de temps que dans les lots de deux, mais comme les veaux y restent pendant toute la phase de lactation, ils doivent être moins déplacés une fois et sont donc plus en forme et en meilleure santé.

Le cœur de l’exploitation : le tunnel de lavage des seaux

L’un des points forts de l’exploitation est le tunnel de lavage des seaux, que Jan-Erik a acheté d’occasion pour environ 1 200 EUR. Il l’utilise deux fois par semaine pour nettoyer 200 seaux, valves et ventouses et même les longues auges en plastique en une heure seulement.

Tyskagården, Laholm : d’un bâtiment provisoire à un parc à veaux optimal

Magdalena et Magnus Gustafsson traient 360 vaches à Tyskagården à Laholm. Ils ont acheté l’exploitation il y a cinq ans et exploitent désormais deux fermes. Lors de la reprise de l’exploitation, les niches Calf-Tel étaient disséminées un peu partout dans la ferme et Magdalena craignait d’oublier des veaux. La première mesure a donc été de regrouper toutes les niches en un seul endroit. À l’époque, la santé des veaux était généralement problématique et les places pour les veaux ont toujours fait défaut.

C’est pourquoi Magdalena et Magnus ont décidé, d’abord à titre provisoire, d’acheter 10 vérandas igloo, car l’argent pour un nouveau parc à veaux n’était pas disponible après l’achat de la ferme. Mais cette « solution provisoire » va désormais rester, car les veaux se développent parfaitement dans les vérandas.

Après la naissance, les veaux sont placés dans un box à côté du box de vêlage, où ils sont alimentés avec du colostrum avec le système ColoQuick et placés sous une lampe chauffante en hiver. Ce n’est que lorsqu’ils boivent bien qu’ils sortent dans une niche individuelle. Cette méthode a fait ses preuves parce qu’il y a moins de travail à faire avec les igloos et que les employés peuvent mieux s’occuper des veaux faibles dans le box.

Comme ils travaillent avec quatre employés étrangers et que la communication est souvent difficile, Magdalena et Magnus ont créé des procédures de travail aussi simples que possible, faciles à comprendre et à mettre en œuvre.

Dans l’étable, il y a 4 boxes de paille différents pour les vaches, séparés par des murs en béton pour éviter les contacts :

  • une zone pour les vaches malades,
  • une zone de bien-être pour les vaches fraîchement vêlées,
  • un box de vêlage pour les génisses et
  • un box de vêlage pour les vaches.

Il est intéressant de noter que depuis la séparation des boxes de vêlage, la qualité du colostrum s’est améliorée, en particulier chez les génisses. En effet, auparavant, les zones d’alimentation étaient limitées et les génisses ne pouvaient pas consommer les quantités de fourrage de base nécessaires.

Petits groupes homogènes de veaux dans la véranda igloo

Les veaux restent pendant environ cinq semaines dans les niches individuelles et sont alimentés avec du lait entier. Ensuite, six veaux au maximum sont logés en groupe dans la véranda igloo. Avec cette taille de lot, les veaux sont plus homogènes en termes d’âge et de taille et ils se développent mieux. De plus, ils peuvent rester sans problème jusqu’à trois mois dans l’igloo.

Ils sont nourris trois fois par jour, à raison de 2,5 à 3 litres par repas. Les veaux reçoivent ainsi jusqu’à 9 litres de lait par jour. Ils reçoivent également une RTM sèche composée de pulpe de betterave sucrière, de mélasse, d’un mélange de concentrés et de paille d’orge hachée.

Les veaux sevrés de l’étable des jeunes bovins reçoivent également ce mélange pendant les premières semaines, en même temps que la RTM pour les vaches à haut rendement.

Pour le transport des veaux, Magnus a fait construire un grand box de transport avec deux portes. Il peut le monter dans le chargeur frontal de son tracteur et conduire ainsi facilement les veaux à travers l’exploitation jusqu’à l’étable des jeunes bovins.

Logp Kvarngården, Falkenberg : le recyclage moderne du substrat de biogaz améliore la litière des veaux

L’exploitation Logp Kvarngården à Falkenberg trait 400 vaches. Auparavant, ils installaient les niches Calf-Tel Deluxe à l’air libre, puis distribuaient l’aliment par la trappe d’alimentation latérale. Cela demandait beaucoup de travail, car il fallait toujours placer deux/trois pas supplémentaires à côté de chaque niche, estime Martin Paulson, l’un des associés de l’exploitation. Situé directement au bord de la mer Baltique, ce site est toujours exposé au vent et souvent aux tempêtes.

C’est pourquoi toutes les niches sont désormais abritées sous un grand toit. Les veaux sont mieux protégés. Cela s’est clairement vu au fait que lors de notre visite, les veaux étaient tous couchés devant la niche, à l’air libre.

Les veaux restent environ deux mois dans les niches individuelles. Ensuite, les niches sont nettoyées. Après le nettoyage, le sol en béton est désinfecté à la chaux. Une couche de substrat de biogaz séché et désinfecté à 70 °C est placée sous la litière de paille proprement dite. Celui-ci, mélangé à de la paille hachée, est utilisé comme matériau de litière dans toute l’exploitation. Il se caractérise par une très bonne capacité d’absorption. Ainsi, la paille qui est ensuite placée sur le dessus reste sèche plus longtemps.

La RTM pour les veaux, un service de voisins

Après le premier repas de colostrum, juste après la naissance, les veaux reçoivent encore du lait de transit et du lait entier pendant environ 2 semaines. Ensuite, ils sont alimentés avec le LeP sans lait écrémé (2 × 4 l par jour). La gestionnaire du troupeau, Caroline Carlsson, souhaite des taux de croissance encore meilleurs. C’est pourquoi elle envisage d’alimenter plus longtemps les veaux au lait entier ou de passer à un LeP contenant du lait écrémé.

Ici aussi, on nourrit les veaux avec de la RTM. Mais comme l’exploitation ne dispose pas d’une mélangeuse adaptée, c’est un voisin qui mélange la RTM et le lui apporte toutes les deux semaines !

 

Dans la chambre à lait spacieuse, il y a beaucoup de place pour le Taxi-Lait et tous les autres équipements nécessaires à l’alimentation des veaux.

Carlsro Gård, Varberg : des veaux en bonne santé même avec une litière profonde grâce à l’air frais

Magnus Karlsson a construit son étable Système d’Igloos avec une double rangée de 8 igloos H&L au total et de nombreuses niches individuelles il y a déjà 10 ans.

 

Les igloos ne sont pas nettoyés pendant 3 mois ( !). Malgré cela, l’air dans l’étable était très bon et il y avait peu de problèmes de toux. De plus, les veaux avaient l’air très bien et très propres. Cela s’explique aussi par le fait que Magnus a installé une plate-forme de transport suspendue qui permet de transporter une grande balle complète à travers l’étable, directement au-dessus du parc de paille. Ainsi, le paillage est très facile et rapide à réaliser.

Les grandes marches que les veaux doivent franchir pour accéder à la table d’alimentation semblent poser problème. Il est intéressant de constater qu’il est plus difficile pour les veaux de descendre que de monter. Mais après environ une semaine, les veaux n'éprouvent plus aucune difficulté sur les marches.

Après 10 ans, l’étable est devenue trop petite. Dans la prochaine étape, il est prévu de l’agrandir. Dans le prolongement de l’étable, il s’agit de créer de l’espace à l’arrière pour les niches individuelles, tandis que dans le toit existant, il est prévu d’ajouter encore 5-6 niches collectives avec des igloos H&L.

L’objectif est que les veaux restent dans cette étable jusqu’à l’âge de trois mois, car ils s’y sentent très bien et peuvent ensuite se lancer dans l’élevage de jeunes animaux de manière stable.

La responsabilité dans une seule main

Magnus Karlsson a confié la responsabilité des soins aux veaux à une collaboratrice. Le matin, de 6 à 12 heures, elle s’occupe exclusivement des veaux et effectue toutes les tâches nécessaires. L’après-midi, une autre personne de l’équipe se charge uniquement de l’approvisionnement en lait avec le Taxi-Lait.

Dans les niches individuelles, les veaux reçoivent du lait entier. Après deux semaines, ils sont transférés dans les igloos collectifs où ils continuent à être nourris avec du LeP. Ils reçoivent 3,5-4 litres deux fois par jour. À l’âge de 10-11 semaines, les veaux sont sevrés de leur lait.

Lors de notre visite, le mélange RTM sec de l’exploitation présentait une longueur de coupe un peu trop longue pour la paille incorporée (environ 6-8 cm). On pouvait déjà bien voir que les veaux commençaient à sélectionner le fourrage.

Lisez d’autres récits de la tournée suédoise dans la deuxième partie !